Témoignages

Témoignages vidéo

Yahia et Els

Jean-Michel et Roselyne

Les architectes : Nadia Wahabi et Christine Roffiaen

Evelyne et Baudoin

Leila

Témoignages écrits

Septembre 2018

Frank et Ghislaine VERMOREL

Frank et Ghislaine VERMOREL sont originaires de France et viennent d’acquérir une villa à L’Orangeraie. Ghislaine nous raconte pourquoi ils ont choisi de vivre dans ce village résidentiel du sud du Maroc.

« Nous avons respectivement 55 et 62 ans. Mon mari est responsable d’atelier dans une entreprise de réparation de poids lourds et voitures et de vente de pièces détachées.

J’étais comptable et je suis à la retraite depuis le 1er juillet de cette année. Mon mari est de la région Lyonnaise et moi, de la région du Bugey. Nous sommes tous deux nés en France et habitons en France. Nous avons une fille de 40 ans et une petite fille de 7 ans.

Nous sommes venus pour la première fois au Maroc au mois de Mars de cette année et avons trouvé le climat agréable et les gens très sympathiques.

Nous avons découvert L’Orangeraie sur Internet par hasard, en cherchant une maison à acheter au Maroc. Et nous avons trouvé le concept agréable, avec de jolies villas et un cadre de vie sympathique pour passer des vacances tranquilles.

Notre premier contact a été avec Sofia, la responsable commerciale, qui tout de suite a été très charmante avec nous, au téléphone et aussi par mail. Elle nous a beaucoup aidés dans le processus d’achat et notre rencontre au Maroc avec elle a été très chaleureuse. Nous sommes ravis de ce contact.

Nous avons choisi un bien au Maroc pour la proximité avec la France, le climat tempéré, le coût de la vie pas trop élevée et la facilité de la langue, car ici tout le monde ou presque parle français. Nous avons vu d’autres projets également mais sans intérêt pour nous.

Pour l’instant, nous prévoyons de venir deux ou trois semaines par an à L’Orangeraie, mon mari n’étant pas encore à la retraite. Plus tard, nous viendrons plus souvent. Entre temps, nous souhaitons mettre notre villa en gestion locative avec l’aide de Luc et Lysiane, prestataires sur place, très agréables également. 

Nous sommes contents de notre investissement. Notre prochain séjour est prévu en septembre, nous avons hâte d’y être ! »

Mai 2018

Bernard et Fatima, nouveaux propriétaires à L’Orangeraie, nous disent pourquoi ils ont choisi de venir vivre à L’Orangeraie.

« Nous voilà enfin installés !

Vivre à L’Orangeraie est un vrai choix de vie et nous sommes maintenant chez nous, au pays de mon épouse, le MAROC. Le royaume chérifien pour destination et L’Orangeraie, un lieu désiré et choisi. On peut se demander pourquoi nous avons forcé le destin pour vivre dans ce nouvel univers, la réponse est si simple et tient en quelques mots : un silence, un temps pour soir, un temps présent où on n’a pas peur de le perdre, une vastitude, un éloignement de l’effervescence urbaine… La rencontre avec la nature protégée, le chant des oiseaux et ce sentiment extraordinaire où l’on se soustrait de la vitesse du monde. Ici l’accélération, c’est vivre le temps et ne pas fantasmer ce qui nous manque… Nos modes de vie actuels nous obligent à suivre l’agitation, à rester à la surface des choses et souffrir d’une précipitation sans émotion. Justement, à force de ne plus voir, de ne plus entendre ce que nous offre cette terre, il nous fallait faire le pas vers elle, retrouver les fleurs, ressentir ce vent léger, flotter dans cet espace aux mille sensations… Ici, L’Orangeraie est bien loin « d’une prison dorée » car la liberté règne en maître, car cette liberté nous écarte de l’enfermement et du tumulte, tout au contraire, c’est la vie pour seule ambition…

Une véritable grâce architecturale épouse la végétation car il ne fallait surtout pas déranger cette floraison, les arbres fruitiers et cette nature généreuse. Les Promoteurs ont déjoué la caricature de l’entrepreneur pour qui seule prévaut la promotion immobilière, ils accordent de la valeur « à ce qui germe, ce qui bourgeonne, ce qui nourrit »… Que peut-on espérer de mieux ici bas? Lorsque le respect pour « le vivant » s’élève au rang d’une éthique profonde et élégante, alors, nous disons: « SUBLIME ET BRAVO ! ». Nous aimons ce lieu car la vie secrète peut se mêler à la vie sociale, l’intimité est cultivée et façonnée et pourtant il est possible de vivre une vie collégiale et de s’y intégrer.

Maintenant, laissons glisser le temps et écoutons les fleurs pousser, les merles chanteurs remplacent les nuisances sonores, le soleil caresse notre peau, le bleu du ciel nous invite vers le bleu de la piscine, l’eau porte nos existences et nous avons hâte de faire partager ce bonheur à nos enfants, notre famille et nos amis… Le bien le plus beau, ne peut s’élever plus haut que s’il est partagé, ici, à L’Orangeraie, ce que l’on donne fleurit… »

Bernard et Fatima

Avril 2018

Rita Sallustio et Jean Wattier, propriétaires à L’Orangeraie depuis 2013, nous racontent les raisons qui les ont poussés à acquérir leur villa à L’Orangeraie.

« Mon mari est ingénieur électro-mécanicien de formation, retraité depuis plus de 10 ans; il a vécu plusieurs années en Afrique (R D Congo) et se passionne pour la construction, la lecture, le bricolage, le jardinage et la découverte du monde en général et du Maroc en particulier.

Pour ma part, j’ai fait de longs séjours en Afrique noire. J’ai toujours été séduite par le style de vie et la philosophie africaine. En 2000, nous sommes venus pour la première fois au Maroc ou nous avons découvert la ville d’Agadir. Nous pensions déjà à nous y installer, en résidant dans un hôtel, en bord de mer, pour de longues durées. Ensuite en rentrant en Belgique, nous avons vu un reportage sur L’Orangeraie avec une interview d’un couple de résidents.

Nous sommes revenus pour visiter le lieu, avons eu un coup de cœur et avons choisi notre maison sur plan. Nous venions périodiquement pour suivre l’avancement des travaux et déjà, en 2001, je commençais à échafauder des projets d’ateliers de théâtre, dont je voudrais vous parler !

Je suis d’origine italienne, j’ai travaillé pendant 37 ans à la commission européenne dont le siège est à Bruxelles. Je viens d’être retraitée fin 2017 et libre de créer de nouvelles choses. En 1984, dès mon entrée à la Commission européenne, avec quelques collègues de différents pays (mais qui parlaient tous français) nous avons décidé de créer une troupe théâtrale pour permettre aux fonctionnaires expatriés en Belgique d’apprendre à mieux se connaître en dehors de leurs activités professionnelles. Depuis lors, la troupe a créé plus de 150 pièces et est toujours florissante, et j’en suis encore la présidente ( http://atiecom.eu/ ).

Si je parle de mon passé, c’est pour exprimer mon désir de faire partager ma passion du théâtre et de créer quelque chose dans le même esprit à l’Orangeraie puisque nous sommes une grande communauté (de 240 villas) qui regroupe des personnes d’origines différentes. C’est vrai que, comme dans toute communauté, il peut y avoir des mésententes entre résidents; mais mon expérience précédente me démontre que la culture en général, mais en particulier le théâtre, la musique, la poésie, font tomber les barrières et aplanissent les conflits.

J’ai fait une proposition aux résidents de participer à des ateliers théâtraux en vue de monter un spectacle. Quelques résidents sont très intéressés et j’espère que nous serons plus nombreux d’ici quelques semaines.

Je fais également partie d’une association d’Oulad Teima (l’Association Prémices), qui regroupe des professeurs qui enseignent la langue française aux enfants des maternelles, aux écoliers et lycéens en utilisant les techniques théâtrales comme outil pédagogique. Cette façon d’apprendre une nouvelle langue est très efficace, car les enfants et les adolescents apprennent plus facilement en s’amusant. Voici quelques photos du festival du théâtre en langue française par les écoliers et lycéens d’Oulad Teima organisé en début Avril.

L’Orangeraie est un beau cadre serein, zen pour développer ce genre d’activité dans un climat exceptionnel et pour développer cette passion. Une passion qui, je l’espère, attirera également les gens de l’extérieur (Ouled Teima, Taroudannt, Agadir), ce qui permettra d’agrandir notre groupe et ouvrir un peu notre village. »

Rita Sallustio et Jean Wattier

Mars 2018

Brahim et Yasmina Guezzour ont 34 et 35 ans. Lui est gérant de société, elle, assistante de gestion. Ils résident en France, ont trois enfants et nous expliquent ici pourquoi ils ont fait le choix d’investir à L’Orangeraie.

« Nous passons en moyenne 7 semaines au Maroc à raison de 2 fois par an. Y acquérir un bien a toujours fait partie de nos projets, car nous avons nos origines et nos racines dans ce beau pays. De plus, nous avons depuis toujours connu le Maroc à travers nos voyages avec nos parents respectifs. Il était pour nous primordial et à la fois évident, dès lors que nous avions créé notre propre famille, d’avoir notre pied à terre ici.

Originaires d’Agadir, Il est vrai que nos premières recherches au Maroc étaient plutôt ciblées sur la ville de Marrakech. Mais nous recherchions un projet semblable à L’Orangeraie, ce que nous ne parvenions pas à trouver sur place.

Nous nous sommes rendus au salon de l’immobilier à Paris et avons retenu différents projets, que nous avons mis de côté un temps. Au moment de reprendre nos recherches 1 an plus tard, nous tombons à nouveau sur la brochure de L’Orangeraie. Le projet a attiré notre attention, quoique pas vraiment dans la région que nous avions choisie. Cependant le projet correspondait parfaitement ce que nous recherchions Nous voulions une maison de plein pied, sans vis à vis, dans un endroit sécurisé. Au final, L’Orangeraie répondait à nos attentes et plus encore ! Nous avons donc concrétisé notre projet. Il faut croire qu’Agadir nous était destinée…

Les raisons nous ayant poussées à l’achat à L’Orangeraie sont diverses, dont :

– le fait que nous connaissions très bien la région, dont nous sommes tous les deux issus. Par conséquent, c’était une évidence de déposer nos valises ici.

– la villa de plain pied avec piscine privée était ce que nous recherchions, c’est ce que nous prenions toujours lors de nos vacances en Espagne. Ce sont ces types de villa que nous souhaitions construire ou acheter au Maroc.

– le fait que tout soit sécurisé, autant pour les enfants, qui peuvent se promener seuls et sans danger dans la résidence (le village est entièrement piéton), que pour notre maison. Nous pouvons être à 3000 km et être sereins.

– les « gros plus » inattendus ont évidement été les 28 hectares d’Orangeraie, la piscine commune de 300m2 , la bibliothèque, la salle de sport, l’épicerie, etc… ce sont des arguments très convaincants !

– l’accueil et le professionnalisme de Sofia, cadre commerciale à Dyar Shemsi, lors de la visite des lieux, ont aussi pesé dans la balance, de par la présentation du projet, l’écoute et les réponses apportées, mais aussi de la bonne organisation de chacun de nos déplacements au Maroc, pour concrétiser notre achat.

Nous prévoyons de venir en vacances chez nous 2 à 3 fois dans l’année, dont une grande partie en été. Nous sommes ravis de notre investissement, et sommes fraîchement installés dans notre villa. Nous vous en dirons plus dans les mois à venir, mais d’ores et déjà, il ne fait nul doute que nous avons fait le bon choix. »

Brahim et Yasmina Guezzour

Novembre 2017

Anciens fonctionnaires originaires de Lyon, Nicole et William PAILLES nous racontent comment ils ont choisis L’Orangeraie pour vivre leur retraite.

« Nous avons toujours vécu en maison individuelle et à la retraite, nous cherchions une villa dans un endroit ensoleillé près de la mer. A l’époque, en tant que Hyérois d’adoption, nous avions prospecté sur place mais les prix prohibitifs et le changement de climat ne nous convenaient plus.

C’est en regardant une émission télévisée en 2010 sur les retraités au Maroc que nous avons découvert Dyar Shemsi et L’Orangeraie. Nous sommes aussitôt venus visiter le projet.

Nous n’étions jamais venus au Maroc. En 2011, il n’y avait que la maison témoin dans une Orangeraie de 28 hectares. Nous avons eu un coup de cœur et avons aussitôt pris une option sur une future villa de 160m².

En rentrant en France, nous avons dès lors vendu notre bien immobilier et quelques mois plus tard, nous nous sommes installés définitivement en VDI (vacances à durée indéterminée). Nous avons fait meubler l’intérieur de la villa au Maroc et n’avons amené que nos objets personnels importants.

A ce jour nous sommes très contents de notre vie ici et ne regrettons nullement notre choix de l’époque. La résidence propose des activités comme le golf, le tennis, la pétanque, les cartes, une salle de fitness avec coach, un SPA et un restaurant dans lequel nous nous retrouvons entre amis et partageons des soirées conviviales.

De plus, nos retraites étant versées au Maroc en tant que résidents, nous bénéficions d’un abattement fiscal très conséquent. La qualité de vie s’en ressent, pas de stress, du soleil, la langue française parlée de partout, et les marocains très accueillants par nature.

Une retraite dorée…et sans soucis. »

Nicole et William PAILLES

Juillet/Août 2017

Louise et Alain ont vécu et travaillé en Languedoc-Roussillon comme secrétaire et responsable d’une entreprise nationale de BTP. Ils sont maintenant retraités et nous racontent pourquoi ils ont décidé de s’installer à l’Orangeraie.

« Nous cherchions à vivre, si possible, une retraite douce et agréable dans un cadre charmant. À la suite d’un voyage à Agadir, il y a environ 4 ans, installés à l’hôtel en bord de mer, nous avions découvert cette superbe baie et, comme beaucoup de français, nous avions entendu parler de la douceur de vivre au Maroc. Après deux séjours à Marrakech, nous avons choisi Agadir pour notre retraite.

Internet nous a permis de trouver Dyar Shemsi. Suite à une première location dans ce site merveilleux, nous avons pu obtenir des renseignements concrets sur la vie dans la résidence, grâce à l’amabilité de Bernard et William. Notre choix s’est porté sur une 160 m² le 28 avril dernier. Encore merci à tous ceux qui nous ont aidés à la trouver.

Nous apprécions particulièrement l’urbanisation, l’architecture et l’aménagement paysagé dont les concepteurs ainsi que le promoteur, méritent toutes les félicitations, car il n’est pas évident de concevoir sur 28 ha un tel domaine.

Quant aux différents commerces et services proposés aux résidents, ils sont un plus indéniable pour le fonctionnement de la vie intérieure. La sécurité de l’investissement est de plus favorisée par un service locatif bien tenu que nous avons utilisé. Le restaurant de bonne qualité, véritable centre du village, présente l’avantage d’être tenu par une ancienne infirmière ce qui peut aussi être d’un précieux secours !!! Quant à la supérette, elle aussi est bien utile. Les différentes animations dans le site sont un élément important pour faire régner une bonne ambiance générale, participative et divertissante.

Nous n’avons pas encore eu le temps de visiter tous les environs qui regorgent de beautés naturelles et qui réjouiront les différentes visites des enfants, petits-enfants et amis qui ont projeté de venir nous voir très bientôt.

Nous sommes heureux ici. De ce fait notre maison française risque de nous voir de moins ! »

Louise et Alain

Mai 2017

Gilles Vitti, son frère Roland et son épouse Martine, sont originaires de Lyon. Gilles nous raconte pourquoi ils ont tous décidé d’acheter à L’Orangeraie.

« J’ai toujours travaillé à l’étranger, j’avais même commencé par le Maroc en 1978, j’ai enseigné durant deux années scolaires à Casablanca au lycée Lyautey. J’ai apprécié cette vie à l’époque et beaucoup voyagé dans le Maroc durant cette période, mais je n’avais jamais visité Agadir. Et c’est ce qui m’a motivé à toujours chercher des postes à l’étranger.

Mon frère et son épouse, maintenant retraités, ont passé leur vie en France et ont découvert le Maroc à travers moi. En 1979, ils sont venus me rendre visite et faire un grand tour du pays, mais sans descendre jusqu’à Agadir. Pendant leur voyage, ils ont découvert son incroyable diversité et en ont toujours gardé de très bons souvenirs. Un jour de l’été 2010, nous étions en famille dans le Beaujolais, où habitent mon frère et son épouse. Dans leur village, un couple de Marocains d’Agadir a ouvert un restaurant. Nous y allions souvent, et ces sympathiques restaurateurs nous parlaient de leur ville et de leur belle région. Puisque je souhaitais passer ma future retraite au Maroc, ils me conseillaient d’acheter un appartement à Agadir.

En décembre de la même année, nous sommes donc venus tous les trois visiter Agadir et quelques appartements. Un jour, nous étions invités chez des amis, et en sortant de chez eux, nous avons vu les voitures de Dyar Shemsi garées sur le parking. Sur ces voitures, il y avait des photos des villas et nous avons tout de suite appelé pour prendre rendez-vous. Le lendemain, nous sommes allés visiter le lieu.

Dès notre arrivée à la résidence, nous avons eu un coup de coeur. Tout n’était qu’un grand chantier, il n’y avait que la maison-témoin et les premières villas en cours de construction, mais le concept nous a séduits. Nous sommes revenus au bureau et j’ai choisi sur plan, avec
le promoteur en personne, la villa que je voulais. Seulement cette villa était un peu au-dessus de mes moyens. Mon frère et son épouse, qui m’accompagnaient, se sont alors regardés et ils m’ont dit : « Nous participons à ton achat ». Les documents ont été signés, je m’en souviens, le 31 décembre à 18h. Moins d’une semaine après notre arrivée à Agadir ! C’est comme ça que, pendant l’été 2012, nous avons pris possession de la villa de nos rêves. Nous avons fait le choix de ne pas construire une piscine et de garder les 14 orangers du jardin qui nous fournissent, en saison, un délicieux jus d’orange chaque matin.

Pour l’aménagement intérieur, nous avons eu la chance de croiser Joëlle SERFATI, une très bonne décoratrice qui nous a donné des conseils personnalisés et s’est occupée de tous les détails matériels d’installation. Nous avons décoré notre villa dans un style marocain avec une touche européenne contemporaine. Et puis, au fil du temps, nous avons fait beaucoup d’autres rencontres importantes : des copropriétaires qui sont devenus des amis, des ouvriers marocains, et Sophie qui est pour le village bien plus que la gérante du restaurant, puisqu’elle organise des soirées à thème et des animations au quotidien. La supérette qui vient de ré-ouvrir et le Spa, avec son hammam et son centre de beauté, participent à l’attrait du village.

Nous sommes de fervents utilisateurs de la grande et magnifique piscine commune. C’est aussi un autre lieu de rencontres. Pourquoi j’ai choisi le Maroc ? Parce que la vie y est moins chère qu’en France bien sûr, mais pas seulement : il y a ici un vrai art de vivre, et au Maroc,…on parle français ! Je trouve que c’est un pays qui est artisanalement très développé. Il a une âme, une histoire et une culture très riches.

Comme je suis encore en activité, je ne viens que pendant les vacances scolaires. Mon frère et son épouse viennent trois à quatre fois par an. J’ai hâte de prendre ma retraite pour venir m’installer ici définitivement ! »

Gilles Vitti

Mars 2017

M. Benezet et son épouse sont originaires du sud de la France. Jeunes retraités, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d’acheter une villa à L’Orangeraie.

« Nous avons passé beaucoup de temps à l’étranger et vécu dans différents endroits du monde auparavant. L’idée de partir s’installer dans un autre pays ne nous faisait pas peur.

J’ai déjà vécu au Maroc, dans la ville de Mohammedia pendant 4 ans, dans le cadre de mon emploi. Ma femme est ma fille me rejoignaient et nous aimions déjà la vie au Maroc. Nous avions commencé à réfléchir à l’époque à l’éventualité de nous installer à Mohammedia. Mais ce qui nous retenait, c’était le climat humide.

Un jour j’étais parti à Agadir pour le travail, ma femme m’a rejoint, nous avons passé quelques jours dans cette ville ensoleillée qui nous avait beaucoup plu. Nous avons alors commencé à chercher un bien en bord de mer. Et puis, nous avons vu un grand panneau avec la publicité de L’Orangeraie et nous sommes allés visiter la résidence.

Quand nous sommes arrivés et avons vu le portail de l’entrée s’ouvrir, nous avons tout de suite eu un coup de coeur pour cet endroit.

Le cadre était magnifique, les orangers étaient en fleurs, les senteurs et le soleil nous ont charmés. Nous en avons discuté avec ma femme et avons décidé de sauter le pas. Comme nous voulions être en bord de mer, nous avons choisi une villa au bord du lac.

Nous mettons notre maison en location quand nous ne sommes pas là, car nous ne passons que la moitié de l’année à la résidence.

Nous avons des amis ici et participons à de nombreuses activités. Nous jouons au golf trois fois par semaine à Agadir. Nous vivons en communauté tout en gardant notre espace privé et notre intimité, si nous souhaitons rester seuls à la maison.

Nous avons choisi le Maroc pour sa qualité de vie et son climat, nous passons 6 mois à Agadir et 6 mois en Espagne en bord de mer. On ne connaît plus l’hiver! »

M. et Mme Benezet

Janvier 2017

Originaire d’Algérie et résidant en France, Mohammed Arbouche nous raconte pourquoi il a choisi d’investir à L’Orangeraie.

« Je suis né il y a 61 ans à Tlemcen, je suis enseignant dans la formation professionnelle en région parisienne où je réside. J’ai 3 grands enfants.

La retraite approchant, hors de question de continuer à vivre dans une pollution atmosphérique persistante. J’ai décidé il y a 4 ans de visiter le Maroc, côté atlantique. C’était en janvier.

À mon retour en France, je suis tombé par hasard sur une vidéo promotionnelle de Dyar Shemsi, un projet immobilier implanté dans une Orangeraie, sur YouTube. Au salon de l’immobilier Marocain à Paris, j’ai obtenu toutes les infos nécessaires auprès de l’équipe commerciale.

Une visite sur place a définitivement eu raison de mon choix. Après avoir vu la villa témoin, je me suis décidé à y investir.

J’ai pris possession de ma villa après une bonne année de construction, tout en étant informé régulièrement sur l’avancement des travaux par le biais de photos que m’envoyait l’équipe de Dyar Shemsi.

Dès que j’ai l’occasion, je viens passer une semaine au village, en attendant la retraite…dans quelques mois !

Il y a encore 2 semaines, j’y suis retourné en voiture, les autoroutes sont admirables, des paysages magnifiques avec des aires de repos tout le long.

Je compte bien m’y établir, découvrir toute cette région, me faire de nouveaux amis, sous un meilleur climat qu’en France. »

Mohammed Arbouche

Novembre 2016

Anciens fonctionnaires originaires de Lyon, Nicole et William PAILLES nous racontent comment ils ont choisis L’Orangeraie pour vivre leurs retraites.

« Nous avons toujours vécu en maison individuelle et à la retraite, nous cherchions une villa dans un endroit ensoleillé près de la mer. A l’époque, en tant que Hyérois d’adoption, nous avions prospecté sur place mais les prix prohibitifs et le changement de climat ne nous convenaient plus.

C’est en regardant une émission télévisée en 2010 sur les retraités au Maroc que nous avons découvert Dyar Shemsi et L’Orangeraie. Nous sommes aussitôt venus visiter le projet.

Nous n’étions jamais venus au Maroc. En 2011, il n’y avait que la maison témoin dans une Orangeraie de 28 hectares. Nous avons eu un coup de cœur et avons aussitôt pris une option sur une future villa de 160m².

En rentrant en France, nous avons dès lors vendu notre bien immobilier et quelques mois plus tard, nous nous sommes installés définitivement en VDI (vacances à durée indéterminée). Nous avons fait meubler l’intérieur de la villa au Maroc et n’avons amené que nos objets personnels importants.

A ce jour nous sommes très contents de notre vie ici et ne regrettons nullement notre choix de l’époque. La résidence propose des activités comme le golf, le tennis, la pétanque, les cartes, une salle de fitness avec coach, un SPA et un restaurant dans lequel nous nous retrouvons entre amis et partageons des soirées conviviales.

De plus, nos retraites étant versées au Maroc en tant que résidents, nous bénéficions d’un abattement fiscal très conséquent. La qualité de vie s’en ressent, pas de stress, du soleil, la langue française parlée de partout, et les marocains très accueillants par nature.

Une retraite dorée…et sans soucis. »

Nicole et William PAILLES

Septembre 2016

Amer BRBOVIC, son épouse Najwa et leurs jeunes enfants, Janat et Vildane, sont propriétaires depuis peu. Cet été, ils sont venus prendre possession de leur villa. Résidents actuellement à Paris, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d’investir à L’Orangeraie.

« Nous avions pensé à acheter une maison secondaire au Maroc il y a quelques années déjà. Après quelques recherches sur internet, j’ai découvert le projet de Dyar Shemsi. Le site internet m’avait beaucoup attiré, nous avions aimé le concept et les articles de presse ainsi que les témoignages des résidents, qui nous ont confortés dans notre choix. Nous sommes allés rencontrer l’équipe de Dyar Shemsi au salon de l’immobilier à Paris en 2015 et ça a été un coup de coeur : nous avons acheté sur place, sans même visiter.
À l’époque, la tranche 3B était encore en travaux, nous recevions régulièrement des nouvelles de l’état d’avancement des travaux ainsi que des photos. Ça nous permettait de suivre la construction de notre villa sans nous déplacer.
Cet été, notre maison était prête à nous accueillir. C’était la première fois que nous découvrions le village. Il est comme nous l’avions imaginé. C’est tout à fait ce que nous recherchions, un lieu calme, propre et des constructions et équipements de qualité.
J’aime la mentalité des gens d’ici car elle ressemble à celle de mon pays (lequel?), les Marocains sont très accueillants et chaleureux.
La situation de la résidence est idéale, nous sommes entre la mer et la montagne, nous avons donc le choix d’aller où nous voulons. Le lieu est reposant et loin du stress de la ville, c’est ce dont nous avions besoin car nous vivons dans un stress permanent à Paris. La résidence est entièrement piétonne ça permet à nos enfants de jouer et de faire du vélo en toute sécurité.
Nous avons fait la connaissance de quelques résidents que nous trouvons très sympathiques. Le restaurant propose une carte variée et les plats sont bons.
Nous envisageons de venir 3 à 4 fois dans l’année et peut-être mettre notre villa en gestion locative quand nous n’y sommes pas. Nous avons hâte de venir y passer nos prochaines vacances ! »

Amer et Najwa BRBOVIC

Juin 2016

Sylvie et Lionel SANNIER, technicien en maintenance informatique (56 ans) et commerciale (50 ans). Originaires de France et résidant actuellement dans le Var sur la Côte d’Azur, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d’acheter une villa à L’Orangeraie.

« Nous habitons depuis longtemps sur la Côte d’Azur et nous étions à la recherche d’une résidence secondaire, dans un endroit où nous pourrions profiter de nos vacances. Nous sommes d’abord partis en Espagne et avons trouvé un appartement chez Marina d’Or. C’était un beau projet avec un golf et de nombreuses activités, mais les prix étaient trop élevés.

Ils nous ont alors proposé un projet en construction au Maroc dans la ville nouvelle de Tamesna. Nous ne connaissions pas du tout le Maroc. Nous avons fait quelques recherches, la situation était intéressante, c’était à côté de la plage de Skhirat et pas loin de Rabat. Sur le plan, il y avait un centre commercial, un hôtel 4 étoiles, tout semblait sympathique. Quatre ans plus tard, l’immeuble était construit mais ce n’était pas ce que l’on nous avait promis et cela ne nous convenait plus. Cependant nous étions tombés amoureux du Maroc, de ses paysages, de ses couleurs et de la gentillesse des Marocains.

Nous nous sommes alors intéressés à d’autres projets au Maroc et c’est là où nous avons découvert L’Orangeraie de Dyar Shemsi, en 2009. Nous avons pris rendez-vous et avons visité le village avec la commerciale. Le projet était encore en construction mais nous avons beaucoup aimé le concept. Nous avons suivi le projet pendant plusieurs années, en revenant régulièrement en location.

C’était aussi la première fois que nous découvrions la ville d’Agadir. Elle nous a tout de suite plu, le climat était plus chaud et c’était plus dépaysant. A L’Orangeraie, nous sommes à la campagne, nous croisons des dromadaires, des chèvres et des ânes sur la route. C’est un merveilleux village et les habitants sont très accueillants et souriants.

Avant d’acheter, nous sommes allés voir un autre projet à Aglou sur la route de Mirleft, qui proposait pratiquement les mêmes tarifs mais ce n’était pas les mêmes prestations et c’était trop loin d’Agadir.

A L’Orangeraie, les villas ont été bien pensées, nous avons des grandes baies vitrées qui s’ouvrent sur le jardin. Les villas sont lumineuses, les jardins joliment aménagés et c’est extraordinaire de vivre au coeur d’une orangeraie.

Nous sommes impressionnés par le calme, et nous y dormons bien. Il suffit de quelques jours au village pour se ressourcer. Nous avons hâte de réceptionner notre maison cet été ! »

Sylvie et Lionel SANNIER

Mars 2016

Mariés depuis 35 ans, retraités et originaires de la région parisienne, M. et Mme Beyaert sont respectivement pharmacien et PDG d’une entreprise de fabrication d’accessoires de bureau. Ils sont résidents à temps plein à L’Orangeraie depuis septembre 2015.

« Nous avons découvert Dyar Shemsi il y a deux ans à travers un reportage sur France 3. Le projet nous a plu, nous avions demandé par e-mail des renseignements et le soir même nous avons eu un appel téléphonique d’une commerciale qui nous a donné plus d’informations sur le projet. Ca nous a tout de suite plu et nous avons acheté, tout contents notre villa avant même de l’avoir vu ! C’était le début de construction de la 3e tranche et nous avons et raison de faire confiance à la commerciale et aux promoteurs.

Nous avons choisi le Maroc car nous trouvons qu’il y a une grande sécurité, comparé à d’autres pays. Çà nous rassure que ce soit une monarchie et qu’il n’y ait pas beaucoup de changements politiques, c’est un pays qui est très stable.

Ce n’est pas loin de la France et nous trouvons que les Marocains sont très accueillants et agréables. Nous sommes venus au Maroc pour la première fois il y a 30 ans et depuis, nous sommes revenus trois ou quatre fois. Nous étions toujours ravis de notre séjour. La beauté des paysages, le soleil, l’amabilité des gens, il y a tout ce qu’un retraité peut rechercher !

Et moi qui suis handicapé, j’ai ma golfette personnelle, je peux me balader en toute tranquillité au sein de la résidence et je ne risque pas d’être percuté par une voiture, car le village est entièrement piéton. Il n’y a pas de pollution, nous sommes loin du stress de la ville et le soir, nous dormons très bien.

Nous avons une vue magnifique depuis notre salon, nous avons un grand jardin et nous sommes face au lac, c’est toujours un plaisir le matin quand nous nous levons face à cette vue.

Nous allons souvent au restaurant, les plats sont très bons, nous mangeons bien. Nous participons aussi aux soirées à thème, c’est l’occasion de se retrouver avec nos voisins et de faire connaissance avec les autres résidents de L’Orangeraie.

Nous sommes heureux ici, nous trouvons que le village est vivant à travers les activités : le fitness, le tennis, le golf, la pétanque, le vélo… ça permet aux résidents de rester en forme et de se rassembler dans une ambiance saine et conviviale. »

M. et Mme Beyaert

Janvier 2016

Originaire d’Algérie et résidant en France, Mohammed Arbouche nous raconte pourquoi il a choisi d’investir à L’Orangeraie.

« Je suis né il y a 61 ans à Tlemcen, je suis enseignant dans la formation professionnelle en région parisienne où je réside. J’ai 3 grands enfants.

La retraite approchant, hors de question de continuer à vivre dans une pollution atmosphérique persistante. J’ai décidé il y a 4 ans de visiter le Maroc, côté atlantique. C’était en janvier.

À mon retour en France, je suis tombé par hasard sur une vidéo promotionnelle de Dyar Shemsi, un projet immobilier implanté dans une Orangeraie, sur YouTube. Au salon de l’immobilier Marocain à Paris, j’ai obtenu toutes les infos nécessaires auprès de l’équipe commerciale.

Une visite sur place a définitivement eu raison de mon choix. Après avoir vu la villa témoin, je me suis décidé à y investir.

J’ai pris possession de ma villa après une bonne année de construction, tout en étant informé régulièrement sur l’avancement des travaux par le biais de photos que m’envoyait l’équipe de Dyar Shemsi.

Dès que j’ai l’occasion, je viens passer une semaine au village, en attendant la retraite…dans quelques mois !

Il y a encore 2 semaines, j’y suis retourné en voiture, les autoroutes sont admirables, des paysages magnifiques avec des aires de repos tout le long.

Je compte bien m’y établir, découvrir toute cette région, me faire de nouveaux amis, sous un meilleur climat qu’en France. »

Mohammed Arbouche

Novembre 2015

Originaires du nord de la France, Chantal et Gérard Debeve sont nouveaux propriétaires à L’Orangeraie. Alors qu’ils s’apprêtent à s’installer dans leur villa, ils nous racontent pourquoi ils ont choisi de vivre à L’Orangeraie.

« Juin 2013, nous étions en vacances dans le sud Maroc. De retour de la vallée des Roses et en route pour Essaouira, un couple d’amis qui nous accompagnaient avait pris rendez-vous pour visiter le village de L’Orangeraie. Ils y ont alors loué une villa pendant deux mois et nous ont invités à venir passer quelques jours avec eux.

Nous avons passé une semaine au village en décembre et avons beaucoup apprécié le fait de déjeuner sous la pergola en plein hiver, un vrai bonheur !

Nous recevions régulièrement des nouvelles, on nous tenait au courant de l’actualité de L’Orangeraie, l’évolution de la construction etc… Mais les parents de Chantal, mon épouse, tombent malades et il nous faut rester près d’eux, en France.

En mai 2015, nous passons quelques semaines à Mirleft dans un autre village résidentiel au bord de l’océan, mais la brume et le vent presque quotidiens nous font abandonner notre projet d’achat. Nous avions aussi visité d’autres projets en Espagne et au Portugal, mais nous n’étions pas conquis. Et pour y vivre confortablement, il nous fallait d’abord apprendre la langue !

Entre temps, malheureusement, les parents de Chantal nous quittent et notre projet d’achat au Maroc reprend sa place dans la liste de nos priorités… Quelle région choisir ? C’est à ce moment-là que nous avons reçu un mail de Dyar Shemsi, qui nous informe qu’il y a de nouvelles opportunités à saisir à L’Orangeraie… Nous décidons donc de louer un mois et, sans hésitation, notre choix s’est porté sur une magnifique villa de deux chambres avec un grand jardin et une piscine.

La proximité avec Agadir, la douceur du climat, la qualité des constructions, le coût de la vie, la sécurité et la sympathie des résidents (nous avons déjà fait la connaissance et sympathisé avec quelques couples) sont donc les principales raisons qui ont motivé notre nouveau choix de vie. On en est ravis ! »

Chantal et Gérard Debeve

Septembre 2015

Amer BRBOVIC, son épouse Najwa et leurs jeunes enfants, Janat et Vildane, sont propriétaires depuis peu. Cet été, ils sont venus prendre possession de leur villa. Résidents actuellement à Paris, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d’investir à L’Orangeraie.

« Nous avions pensé à acheter une maison secondaire au Maroc il y a quelques années déjà. Après quelques recherches sur internet, j’ai découvert le projet de Dyar Shemsi. Le site internet m’avait beaucoup attiré, nous avions aimé le concept et les articles de presse ainsi que les témoignages des résidents, qui nous ont confortés dans notre choix. Nous sommes allés rencontrer l’équipe de Dyar Shemsi au salon de l’immobilier à Paris en 2015 et ça a été un coup de coeur : nous avons acheté sur place, sans même visiter.
À l’époque, la tranche 3B était encore en travaux, nous recevions régulièrement des nouvelles de l’état d’avancement des travaux ainsi que des photos. Ça nous permettait de suivre la construction de notre villa sans nous déplacer.
Cet été, notre maison était prête à nous accueillir. C’était la première fois que nous découvrions le village. Il est comme nous l’avions imaginé. C’est tout à fait ce que nous recherchions, un lieu calme, propre et des constructions et équipements de qualité.
J’aime la mentalité des gens d’ici car elle ressemble à celle de mon pays (lequel?), les Marocains sont très accueillants et chaleureux.
La situation de la résidence est idéale, nous sommes entre la mer et la montagne, nous avons donc le choix d’aller où nous voulons. Le lieu est reposant et loin du stress de la ville, c’est ce dont nous avions besoin car nous vivons dans un stress permanent à Paris. La résidence est entièrement piétonne ça permet à nos enfants de jouer et de faire du vélo en toute sécurité.
Nous avons fait la connaissance de quelques résidents que nous trouvons très sympathiques. Le restaurant propose une carte variée et les plats sont bons.
Nous envisageons de venir 3 à 4 fois dans l’année et peut-être mettre notre villa en gestion locative quand nous n’y sommes pas. Nous avons hâte de venir y passer nos prochaines vacances ! »

Amer et Najwa BRBOVIC

Juin 2015

Michele D, originaire du Nord de la France et expatriée en Afrique depuis une 40e d’années, en qualité de conseiller patrimonial.

« J’ai longtemps vécu en Afrique : le Congo et l’Afrique du Sud, en passant par l’Angola et d’autres pays voisins. Une expérience très enrichissante et quelquefois difficile par les conditions de vie et de travail, avec un statut d’indépendant.

Je connaissais un peu le Maroc à travers quelques séjours de vacances. Le climat et la population très accueillante me plaisaient, mais ce qui a définitivement motivé mon installation est L’Orangeraie de Dyar Shemsi.

Après un passage à Mohammedia, où je résidais dans un appartement pieds dans l’eau, je me rendais compte que ce n’était pas ce que je désirais pour ma retraite. Je recherchais un lieu offrant des services semblables aux Sénioriales en France et c’est comme çà que j’ai découvert Dyar Shemsi !

Avec des amis belges, nous avons séjourné quelques jours afin de découvrir le lieu. Jan étant dans la construction, son avis était important. Immédiatement charmée, j’ai pris la décision d’acheter.

C’est exactement le lieu que je recherchais pour ma retraite !

Le village est magnifique, ma villa très agréable, du personnel pour entretenir le jardin et la piscine, un restaurant, une supérette, un spa et des activités pour tous.

Sportive et ayant donné des cours pendant plus de 10 ans au Congo, j’ai proposé de remplacer les cassettes vidéo par mes cours, deux fois par semaine.

Je pratique également le golf à Agadir. Un parcours de 9 trous à l’ambiance familiale où je retrouve des amis. Nous terminons souvent par un bon déjeuner.

Le Club Duster d’Agadir organise des sorties 4×4 qui nous permettent de découvrir des régions totalement différentes de l’Afrique que je connais. Passer la nuit dans les bivouacs, voir le coucher de soleil en haut des dunes, c’est magique !

Ma famille vient me rendre visite plusieurs fois dans l’année… Le village propose aussi des villas en location, ce qui est très pratique.

Je peux apprécier le calme et la tranquillité et préserver mon intimité, tout en restant proche et aux contacts des amis résidents. On ne se sent jamais seul. Le Maroc est un pays qui produit tout ce dont on a besoin et la vie n’est pas chère. Nous sommes des privilégiés ! »

Michele D

Avril 2015

De profession libérale, M. et Mme Seghers géraient leur société d’entrepreneur en Belgique. Depuis 7 mois, ils habitent L’Orangeraie. Ils nous expliquent ici les motivations qui les ont incité à changer de vie.

« Nous avons énormément travaillé tous les deux et pris très peu de vacances. Jusqu’au jours où nous avons décidé de ne pas attendre la retraite pour profiter de la vie : nous avons donc vendu nos sociétés et entrepris de prospecter en France ou en Espagne. Le soleil était au rendez-vous, mais nous n’y avons pas trouvé la chaleur que nous recherchions.

Un soir, alors que nous regardions une émission sur M6, nous découvrîmes L’Orangeraie. Nous avons envoyé un e-mail pour demander des informations, nous avons reçu une réponse dans la demi-heure. Il faut avouer que ça m’a surpris. Et quand j’ai demandé à voir les plans et les détails techniques du projet, je les ai reçus dans la journée !

Nous avons donc décidé de prendre l’avion et de venir visiter le village. Nous y sommes d’abord venus en location pendant 5 semaines. Nous avons été bien accueillis et guidés par leur service commercial, avons rencontré les résidents et posé toutes les questions. En plus, ils nous ont pris en charge. Une fois rentrés en Belgique, nous avons aussitôt commandé notre villa !

A notre arrivée, nous avons découvert le Maroc, qu’on ne connaissait absolument pas. Nous avions certains préjugés au début, avec une tendance à se méfier de tout.

Aujourd’hui, nous savons que nous vivons dans une région extraordinaire. Les berbères du sud du Maroc ont un coeur généreux et ouvert, et ils sont les premiers à vous venir en aide. Si vous décidez de vivre ici, la première chose à apprendre est de désapprendre ce que vous savez. Mettez-vous à la place des gens et essayez de les comprendre. Je vous assure que vous allez y gagner des amis avec des coeurs énormes.

Il y a également le soleil, qui vous fera gagner des années, la vitamine D qui nous manque ainsi que toutes les autres vitamines des fruits et légumes, qui sont d’une qualité extraordinaire et sont très bons. L’Orangeraie nous permet de mieux vivre avec moins de moyens qu’en Europe.

Nous nous sommes vite intégrés à la vie du village et il n’est plus question de rentrer. Nous avons créé des liens avec des résidents et nous avons été bien épaulés, on nous a donné beaucoup de conseils et bons plans. Au début nous allions faire les courses dans les grandes surfaces, mais maintenant, nous les faisons dans les petits souks à 5 minutes du village.

Les maisons sont belles, bien construites avec cette touche marocaine qu’on ne trouve pas en Europe. Ce sont des maisons très chaleureuses et gaies et nous passons beaucoup de temps à l’extérieur parce qu’il fait beau toute l’année.

Côté médical, quand on est ici, l’arthrose disparait. Pour le reste, nous avons trouvé des médecins très qualifiés. En plus, on est à 3h30 de Bruxelles et c’est un dépaysement total ! »

M. et Mme Seghers

Octobre 2017

Brice Zufferey, 47 ans, de nationalité suisse, directeur d’une société de placement de personnel à Genève et directeur-administrateur d’une société d’organisation d’événements sportifs, liés au sport automobile notamment, réside dans le bassin genevois. Il nous livre les raisons qui l’ont motivé, avec son épouse, à choisir le Maroc et L’Orangeraie pour l’achat de leur villa.

« J’ai découvert le Maroc par l’intermédiaire de mon épouse d’origine marocaine. C’est un pays dont je suis tombé totalement sous le charme. Culturellement, le Maroc est d’une très grande richesse et les gens sont très ouverts. Il y a plusieurs cultures qui se mélangent : les marocains, les berbères, des juifs, des chrétiens qui cohabitent les uns et les autres en se respectant. J’aime beaucoup cette mixité, cette capacité à vivre ensemble, c’est une richesse et un signe de grande intelligence de la part d’une population partageant la même terre, le même environnement.

Je constate également que le Maroc est trop souvent abordé par les européens, comme d’autres pays du Maghreb ou d’Afrique, avec une certaine condescendance, ce qui, pour moi, est une erreur. Il y a un vrai savoir-faire dans ce pays, une histoire étoffée et une culture millénaire d’une richesse profonde. Nous avons tendance, en tant qu’européens, à aborder les choses avec un manque d’humilité et, parfois, selon d’où l’on vient en Europe, imprégnés d’un passé colonisateur dont nous n’arrivons que partiellement à nous défaire. C’est dommage car nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres.

Ce qui me plaît beaucoup au Maroc, c’est le savoir-recevoir, le sens de l »accueil que nous avons perdu en Europe, notamment dans le domaine du tourisme. Au Maroc, les gens sont d’une grande hospitalité et sourient à l’invité. Par exemple, lorsque l’on demande un service dans un restaurant ou un autre établissement, on nous répond très souvent : « avec plaisir monsieur ! », et c’est fait avec le sourire, cela a une très grande valeur, perdue dans nos régions touristiques alpines ou méditerranéennes. Ce que j’apprécie également, c’est ce qu’accomplit le Roi Mohamed VI, notamment dans le domaine des énergies renouvelables. Il est d’un grand dynamisme et tire en avant le pays, en mettant en œuvre de nombreux projets. Il a fait beaucoup également pour le développement de l’enseignement supérieur, de l’agriculture et du tourisme. Il parvient à préserver l’harmonie dans son pays et a un très grand respect de son peuple. J’ai une profonde admiration pour lui !

Forts de tout ce qui précède, nous avons donc choisi le Maroc pour notre maison secondaire. Après de longues recherches, de nombreuses visites à Marrakech, Essaouira, où vit la famille de mon épouse, et Agadir, le choix a été arrêté sur L’Orangeraie de Dyar Shemsi. Nous avions vu une publicité sur internet et nous avons pris contact pour une visite. Quand nous sommes arrivés en décembre, le climat était agréable et nous sommes tombés sous le charme. Le concept du projet nous a beaucoup plu, le calme, les allées piétonnes, les espaces verts, la végétation et la qualité de leur entretien, le restaurant où nous mangeons bien, ont été des facteurs déterminants et sont en adéquation avec nos attentes. Les activités proposées sont intéressantes, même si elles méritent encore d’être pérennisées, de même que quelques infrastructures techniques qui présentent quelques défauts comme tous projets en développement.

Globalement nous sommes très satisfaits, notre maison est devenue notre petit coin de paradis, nous venons environ six fois par an pour nous reposer et nous ressourcer. Nos amis et familles commencent à venir en profiter également. L’avis et unanime, c’est un bel endroit, nous sommes ravis de notre acquisition ! »

Brice Zufferey

Juin 2017

M. et Mme Christiaens, retraités, sont originaires de Mouscron en Belgique. Ils nous racontent pourquoi ils se sont installés à L’Orangeraie.

« Nous avons toujours vécu en Belgique, dans la ville de Mouscron. J’étais courtier en assurance et mon épouse, aidante dans le même bureau. Après notre retraite, mon épouse voulait partir vivre au soleil et nous avons pensé au Maroc. Nous connaissions ce pays depuis les années 80, nous venions régulièrement en vacances et avons visité beaucoup de régions.

Début 2012, nous sommes venus en vacances à Agadir. Nous avons rencontré Sophie pendant ce séjour, elle connaissait notre fille. Elle est cadre commercial chez Dyar Shemsi, le promoteur.

C’est elle qui nous a fait découvrir L’Orangeraie. Nous avons eu un coup de coeur pour l’endroit dès la première visite et nous avons loué une villa sur place pendant 3 mois. Nos enfants nous ont rejoints et eux aussi ont été charmés par l’endroit. Nous avons donc décidé d’y acheter notre villa.

Le projet correspond à nos attentes, nous avons tout ce que dont nous avons besoin à nos âges, le soleil, le calme, le jardin, la piscine et le beau paysage. En Belgique, nous habitions à côté d’un parc, notre maison était entourée de verdure et d’animaux, nous avons retrouvé la même chose ici mais en mieux ! »

M. et Mme Christiaens

Avril 2017

Mme Josiane Rita Hoarau originaire de la Réunion. Elle nous raconte pourquoi elle a décidé d’acheter une villa à L’Orangeraie.

« Originaire de la Réunion, je suis résidente à L’Orangeraie depuis 2014. Cette décision n’a pas été un long fleuve tranquille. Après un parcours professionnel mouvementé, j’avais d’abord envisagé la Tunisie (Sidi Bou Said, plus exactement, car j’y ai déjà vécu). Mais la révolution du Jasmin a modifié mon plan.

J’ai ensuite prospecté le sud de l’Espagne et du Portugal… fort heureusement en période hivernale, ce qui ne m’a pas tentée du tout ! Et l’opportunité de découvrir la vie de retraitée au Maroc m’a été donnée par un couple d’amis installés à El Jadida. Un séjour de 2 mois dans la région, jusqu’à Essaouira et Marrakech, mais un climat trop humide en hiver.

Et finalement, c’est au fil de mes recherches sur le web que le projet de L’Orangeraie a retenu mon attention. Échange de courriel avec une 1ère responsable commerciale pour une petite villa en tranche 2, mais le projet a avorté. Puis, suite à deux visites in situ en 2013, j’ai été tout de suite séduite par le cadre et mon projet s’est concrétisé : une petite villa de 80m2, sans piscine, en tranche 3.

Havre de verdure et de sérénité, ce domaine offre aussi la sécurité indispensable et des services appréciables (Spa de qualité, salle de sport avec coach efficace, restaurant avec soirées à thèmes, épicerie bien pratique, bibliothèque,…) et des structures sportives : terrain de tennis & pétanque, superbe piscine de 300m2, practice de golf,…

Se sont mises en place des activités diverses entre résidents : tournois de pétanque, sorties cyclistes, marches dans la région, cours ponctuels de cuisine, couture et danse… Les résidents profitent aussi de circuits touristiques organisés par des clubs de 4×4, ou tout simplement par d’autres résidents, heureux de partager leurs découvertes. N’ayant pas de véhicule, j’ai eu l’occasion d’apprécier ce genre d’initiatives (circuit dans le désert par exemple).

Avec un peu de bonne volonté, chaque résident peut trouver du plaisir dans ce panel d’activités. Le cadre est un Eden, mais tout microcosme humain entrainant certaines contraintes, une bonne dose de bien-vivre ensemble est nécessaire, dans le respect de ces différences qui font notre richesse.

Un autre aspect appréciable, c’est de pouvoir faire face aux petits soucis techniques. Un artisan ou ouvrier est toujours disponible à L’Orangeraie, et avec le sourire en prime ! Il faut aussi noter la qualité d’écoute et de gentillesse du personnel de la sécurité. Un atout non négligeable.

Je suis résidente mais je m’absente ponctuellement un peu plus de 5 mois par an (visites de famille ou tourisme). C’est toujours un vrai plaisir de retrouver ce paradis végétal toujours ensoleille et mes activités préférées (farniente, jardinage, sorties diverses, visite des souks et golf a Agadir).

Une nouvelle équipe très dynamique prend en charge la gestion locative des villas et je lui ai accordé ma confiance pour cet été.

Pour terminer, je noterai le volet rapport qualité/prix proposé par Dyar Shemsi. ma petite expérience ne se limite qu’aux projets visités à El Jadida et Essaouira, mais ils sont d’une qualité moyenne et/ou à des prix exorbitants. »

Mme Josiane Rita Hoarau

Février 2017

Michel Bonhomme, 63 ans, retraité et originaire de Mâcon, France. Il nous livre les raisons qui l’ont poussé à acheter sa villa à L’Orangeraie.

« J’ai connu Dyar Shemsi en octobre 2009 à travers ma mère qui m’avait montré une publicité de L’Orangeraie sur un magazine. Elle m’a tout de suite séduit. On est arrivés à L’Orangeraie en janvier 2010 et j’ai rencontré la personne en charge du commercial. Elle nous a fait visiter, le village était encore en chantier, il n’y avait aucune maison de construite à part la villa témoin ! Et ça m’avait beaucoup plu, je suis revenu en avril 2010 et j’ai choisi sur plan ma villa, j’ai pris cet emplacement pour l’exposition et la situation qui était un peu retirée du quartier central, pour plus de tranquillité.

Un an après, j’avais reçu mes clefs. Et comme j’étais encore en activité, je venais uniquement pendant les vacances passer une semaine, tous les deux ou trois mois.

Janvier 2015, j’ai pris ma retraite et je suis venu m’installer définitivement à L’Orangeraie. Ca fait maintenant presque deux ans que je vis ici.

Je n’étais jamais venu au Maroc avant. Quand j’ai découvert ce pays, j’ai été séduit. Ce qui m’a particulièrement touché, c’est l’accueil et l’hospitalité des marocains. Le climat est très favorable, il fait beau toute l’année. Le coût de la vie dans cette région est très peu cher par rapport à la France. Je vais faire mes courses au souk de Ouled Teima où je trouve tout ce qu’il me faut.

Je vis seul à L’Orangeraie, mais j’ai beaucoup d’amis. Nous avons un programme chargé d’activités toutes les semaines, je joue beaucoup à la pétanque et nous faisons régulièrement des soirées à thème au restaurant. Je participe à l’animation musicale de certaines soirées car j’avais une boite de nuit privée en France et j’ai ramené tout le matériel de sonorisation.

On m’a pris pour un fou quand j’ai acheté alors qu’il n y’avait encore rien de construit, aujourd’hui ma vie plait à nombreux d’entres eux qui aimeraient être à ma place. Je suis très content de mon achat et je n’ai aucun regret. »

Michel Bonhomme

Décembre 2016

Originaire du nord de la France, Didier de Meyer, ancien restaurateur à la retraite, nous raconte comment il a découvert L’Orangeraie et pourquoi avoir choisi d’y investir.

« Au début, j’avais l’idée d’acheter une maison en Espagne ou au Portugal, je suis allé visiter des projets là-bas, mais comme je ne parlais pas la langue, il m’était impossible de m’y installer à long terme.

J’ai découvert alors L’Orangeraie à travers une émission télévisée. Ca m’a interpellé et je les ai aussitôt contactés. Je suis allé visiter avec mon fils et j’ai tout de suite eu le coup de foudre quand le portail de l’entrée s’est ouvert. J’avais vu le village en photo et vidéo, mais en réalité c’était encore plus beau et je me suis dit : c’est là où je veux vivre! En rentrant en France, j’ai mis ma maison en vente et quelques mois après, j’ai acheté ma villa à L’Orangeraie.

Je suis arrivé en octobre dernier, pendant les Olympiades de L’Orangeraie, ce qui a facilité le contact avec les résidents. J’ai fait connaissance avec beaucoup de voisins pendant cet événement !

J’ai également passé les fêtes de fin d’année au village : le restaurant avait organisé des soirées où nous nous sommes retrouvés entre amis et passé de très bons moments.

Avec un groupe de résidents, nous faisons régulièrement des sorties dans la région d’Agadir, la dernière fois nous avons visité les greniers fortifiés. Je participe aussi aux tournois de pétanque.

J’apprécie énormément l’hospitalité marocaine, nous sommes bien accueillis et reçus avec un grand sourire. Les gens sont toujours disposés à nous aider.

Depuis que je suis installé ici, je ne suis jamais retourné en France et je ne prévois pas d’y aller. Mes enfants viennent me rendre visite pendant les vacances.

Le coût de la vie est aussi très bas, l’eau, l’électricité et les services sont moins chers qu’en France. J’ai acheté tous mes meubles à Agadir. J’ai trouvé tout ce dont j’avais besoin ici.

Je suis venu m’installer ici définitivement, c’est le paradis pour moi, je ne manque de rien et je ne compte pas repartir en France. »

Didier de Meyer

Octobre 2016

M. et Mme Akhlou sont propriétaires depuis peu. Cet été, ils sont venus prendre possession de leur villa. Résidents actuellement en Belgique, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d’investir à L’Orangeraie.

« J’ai fait la connaissance de l’équipe de Dyar Shemsi via la fille d’un ami, qui était venue passer ses vacances en 2013 à L’Orangeraie. Je me suis dit qu’il fallait que je vienne visiter cette résidence dont j’avais eu de très bons échos, nous explique M. Akhlou. J’ai pris rendez-vous avec la commerciale, j’ai fait le voyage avec mon frère et nous avons tout les deux eu le coup de foudre. Nous cherchions un pied-à-terre au Maroc, car nos parents sont originaires du sud. Nous cherchions une résidence sécurisée, hors de la ville, avec des résidents de différentes origines. Et pour tout ça, L’Orangeraie répondait complètement à nos attentes.

Je suis rentré en Belgique et j’en ai parlé à ma femme, elle a été tout de suite emballée par ce projet. Nous sommes alors revenus à Agadir pour signer notre compromis de vente avec le promoteur et nous avons acheté ensemble, mon frère et moi.

Depuis, nous sommes régulièrement venus visiter l’avancement du projet et nous recevions aussi des nouvelles du chantier par e-mail.

Nous avons pris possession de notre villa cet été, tout était bien, nous sommes restés un mois à L’Orangeraie. Nous avons profité de la piscine commune, nous avons rencontré nos voisins et avons bien mangé au restaurant.

Pendant notre séjour, nous nous sommes essayés à presque toutes les activités sur place : tennis, golf, spa et nous en sommes très satisfaits.

Mon fils a 17 ans et ma fille, 13 ans. Ils étaient ravis de passer du temps à L’Orangeraie, et dorénavant ils pourront venir tout seuls et se reposer ici pendant les vacances.

Mon frère et sa famille ont passé leur vacances à L’Orangeraie aussi, c’était l’occasion de nous retrouver et passer du temps en famille. En Belgique, nous sommes pris par notre travail et nous ne nous voyons pas beaucoup. Nous avons hâte de revenir à L’Orangeraie pour nos prochaines vacances ! »

M. et Mme Akhlou

Aout 2016

Animatrice sociale dans une boîte américaine, durant de nombreuses années, Tita Tapparo habitait Nice avant de décider de changer de vie et de choisir le Maroc pour résidence.

« C’est une décision commune que nous avons prise avec ma fille et mon petit-fils, qui nous a amené à vivre 2 ans à Marrakech, et depuis trois ans, à L’Orangeraie.

J’ai vécu toute mon enfance et mon adolescence au Brésil, à Rio de Janeiro. Je me suis ensuite mariée avec un Lyonnais, et suite à son décès en 2004, j’ai rejoint ma fille à Nice.

Au cours d’un repas de Noël à trois, mon petit-fils Jonathan lance l’idée de venir au Maroc. Il nous a fallu 5 minutes pour prendre cette décision, et nous ne l’avons jamais regrettée.

J’ai découvert Dyar Shemsi grâce à une émission de télévision sur France 2. Depuis, j’y coule des jours heureux. Le climat est merveilleux, j’ai un petit groupe d’amis fidèles avec qui je partage de bons moments conviviaux, les activités sont nombreuses, je joue au Scrabble et participe aux tournois de pétanque.

Les marocains sont très gentils, il n’y a pas de barrière de langue, puisque beaucoup parlent bien le français. Et, surtout, la sécurité y est totale, ce qui est appréciable actuellement.

J’ai des chats qui sont très heureux, ils ont de l’espace et la nature partout ! Et ma fille est auprès de moi, que demander de plus ?

J’espère rester ici, aussi longtemps que ma santé me le permettra. »

Tita Tapparo

Avril 2016

M. Nirat, 78 ans, est ancien directeur technique dans une société de transport de matière dangereuse. Mariés depuis 60 ans, retraités et originaires de la région parisienne, son épouse et lui nous racontent pourquoi ils se sont installés à L’Orangeraie.

« Depuis que nous sommes retraités, nous nous sommes installés dans le sud de la France. Et de là, le temps a passé et nous avions besoin de changement. Et un jour, il y a 10 ans, nous avons vu une annonce sur la promotion du Maroc, on s’est intéressé au sujet et avons rencontré un promoteur qui nous a amené à Mohammedia. Nous avons acheté un appartement qui était bien mais ce n’était pas vraiment ce qu’on voulait. Nous avons racheté un deuxième appartement mais, cette fois, au bord de l’océan. Nous avions une belle vue, mais il y avait beaucoup d’humidité et une usine à côté nous envoyait de la pollution. Tous les matins, nos terrasses étaient sales.

Il y a cinq ans, nous avons découvert Dyar Shemsi à travers une annonce publicitaire sur un journal et nous avons tout de suite appelé pour avoir des informations. Nous sommes alors venus visiter et rencontrer les promoteurs. Le projet était encore en chantier, nous hésitions au début, nous avons alors suivi l’évolution des travaux en revenant régulièrement et nous avons fini par acheter notre villa !

Nous étions venus à trois couples au début, nous sommes deux à avoir acheté, les autres se sont pas arrivés à vendre leur maison en France… Ce que nous aimons ici, c’est que nous vivons dans un village pratiquement européen et quand on sort de la résidence on est au Maroc ! Les deux aspects nous plaisent. Et les habitants de la région sont très accueillants.

Nous passons l’hiver à L’Orangeraie, nous arrivons en octobre et repartons en avril en France, sur la Côte d’Azur.

Nos enfants et petits enfants viennent souvent nous rendre visite à L’Orangeraie, d’ailleurs nous recevons nos filles cette semaine, le trajet est plus court en avion de Paris à Agadir que de Paris à la Côte d’Azur en train ou en voiture.

Nous avons une qualité de vie exceptionnelle, nous trouvons tout ce dont nous avons besoin à 10 minutes de la résidence. A Ouled Teima, par exemple, nous avons demandé à notre boulanger de nous faire un pain spécial, il a donc changé ses ingrédients et nous a fait un pain comme nous le voulons. En France, ce n’est pas possible.

Nous profitons de nos journées pour faire de la marche et de temps en temps jouer aux boules. Quand nos enfants viennent, on va se balader à Agadir et aux alentours. La dernière fois, nous avions visité Taroudant, cette fois nous descendrons vers la plage blanche et irons manger du poisson grillé en bord de mer.

La différence entre ici et Mohammedia, c’est que nous nous sentons plus libres, nous avons un jardin, nous pouvons marcher dans la résidence en plein nature, dans le calme et ne pas respirer d’air pollué. Et le personnel du village est à notre service sur demande. Nous vivons dans un cadre magnifique et nous souhaitons que beaucoup de personnes puissent vivre ce rêve ! »

M. Nirat

Février 2016

Samira E., 34 ans, cadre bancaire à Agadir, nous raconte pourquoi elle a choisi d’investir à L’Orangeraie.

« J’habite la ville d’Agadir et je suis maman de deux filles de 5 et 9 ans. J’ai toujours voulu avoir une maison secondaire pour pouvoir m’éloigner du stress de la ville pendant les vacances et les weekends.

Nous avons connu Dyar Shemsi à travers des amis de la famille, qui avaient l’habitude de déjeuner au restaurant de L’Orangeraie et de profiter de la piscine. Nous avions décidé de venir tester les maisons en location, notre premier séjour remonte à l’été 2013. Le produit nous correspondait parfaitement et nous étions tombés sous le charme de L’Orangeraie.

Le climat, la verdure, le calme, la piscine privative, les orangers, le cours de tennis, la serviabilité du personnel et le bon voisinage sont autant d’avantages qui nous ont séduits et décidés à acheter une villa.

Notre villa nous sera livrée dans quelques mois, et nous avons hâte de pouvoir y passer de belles journées entre baignades, détente, activités sportives et bains de soleil. Nos amis et notre famille ont beaucoup aimé le concept de L’Orangeraie et nous ont aussi encouragé à acquérir notre villa.»

Samira E.

Décembre 2015

Joel Blanc, 65 ans, originaire du nord de la France, ancien fonctionnaire et retraité, nous raconte pourquoi il est venu s’installer à L’Orangeraie.

« Je connais le Maroc depuis très longtemps, je suis venu la première fois en 1974, et je suis tombé amoureux de ce pays. Je suis revenu régulièrement en vacances avec mes amis et je me suis dit pourquoi pas m’y installer, puisque j’étais déjà à la retraite. Il y a plus de 3 ans, une publicité de Dyar Shemsi m’a interpellée et j’ai décidé de les contacter. J’ai pris rendez-vous pour venir voir L’Orangeraie de plus près.

Quand j’ai visité le village, les villas étaient encore en construction, mais je suis tombé sous le charme de l’architecture. J’ai donc acheté ma villa sur plan, l’endroit me plaisait beaucoup et j’avais envie de m’installer au Maroc. J’ai revendu une maison que j’avais au Touquet en France pour acheter ici ma villa de 80 m2 avec grand jardin et piscine privés.

Je m’entends très bien avec mes voisins, chaque jour je suis invité chez quelqu’un car la plupart du temps je suis seul à la maison, mon épouse travaille à Rabat et n’est là que pendant les vacances. Nous mangeons souvent ensemble, d’ailleurs il y a quelques jours nous avons organisé « la fête des voisins » dans ma rue. Il y avait tellement à manger que nous l’avons refait le lendemain soir !

Je ne fais pas beaucoup de sport, mais il y a des activités qui sont organisées par les résidents ou par le village. J’ai participé à un cours de cuisine pour apprendre à faire un tajine, parce que j’adore manger local ! Il y a aussi les concours de pétanque et les excursions en 4×4.

Ma dernière sortie était à Tioute, un village situé à une trentaine de kilomètre de Taroudant. Nous sommes partis avec un groupe de résidents et y avons passé la journée. Nous avons mangé chez l’habitant et fait des balades à dos d’âne… Ce fut une très belle journée !

Le restaurant organise des soirées chaque mois, la dernière était la soirée choucroute, nous nous sommes vraiment amusés !

En ce qui concerne les villas de L’Orangeraie, elles sont très bien construites, un beau mélange de styles et une architecture qui nous permet de passer le plus de temps à l’extérieur et de profiter de la douceur du climat de cette région. On y dort très bien la nuit, il n y a pas de bruit. Et je suis en short et tee-shirt quasiment tous les jours. Quel bonheur !

Je vais souvent à Ouled Teima pour mes courses, j’ai également fait faire des meubles chez des artisans sur place. Les gens sont très accueillants et à force d’aller au même endroit, tout le monde me reconnait. Ca fait plaisir !

En France, j’étais une personne très nerveuse et stressée. Au Maroc, j’ai appris à prendre mon temps et à apprécier la vie. »

Joel Blanc

Octobre 2015

Originaires du nord de la France, Chantal et Gérard Debeve sont nouveaux propriétaires à L’Orangeraie. Alors qu’ils s’apprêtent à s’installer dans leur villa, ils nous racontent pourquoi ils ont choisi de vivre à L’Orangeraie.

« Juin 2013, nous étions en vacances dans le sud Maroc. De retour de la vallée des Roses et en route pour Essaouira, un couple d’amis qui nous accompagnaient avait pris rendez-vous pour visiter le village de L’Orangeraie. Ils y ont alors loué une villa pendant deux mois et nous ont invités à venir passer quelques jours avec eux.

Nous avons passé une semaine au village en décembre et avons beaucoup apprécié le fait de déjeuner sous la pergola en plein hiver, un vrai bonheur !

Nous recevions régulièrement des nouvelles, on nous tenait au courant de l’actualité de L’Orangeraie, l’évolution de la construction etc… Mais les parents de Chantal, mon épouse, tombent malades et il nous faut rester près d’eux, en France.

En mai 2015, nous passons quelques semaines à Mirleft dans un autre village résidentiel au bord de l’océan, mais la brume et le vent presque quotidiens nous font abandonner notre projet d’achat. Nous avions aussi visité d’autres projets en Espagne et au Portugal, mais nous n’étions pas conquis. Et pour y vivre confortablement, il nous fallait d’abord apprendre la langue !

Entre temps, malheureusement, les parents de Chantal nous quittent et notre projet d’achat au Maroc reprend sa place dans la liste de nos priorités… Quelle région choisir ? C’est à ce moment-là que nous avons reçu un mail de Dyar Shemsi, qui nous informe qu’il y a de nouvelles opportunités à saisir à L’Orangeraie… Nous décidons donc de louer un mois et, sans hésitation, notre choix s’est porté sur une magnifique villa de deux chambres avec un grand jardin et une piscine.

La proximité avec Agadir, la douceur du climat, la qualité des constructions, le coût de la vie, la sécurité et la sympathie des résidents (nous avons déjà fait la connaissance et sympathisé avec quelques couples) sont donc les principales raisons qui ont motivé notre nouveau choix de vie. On en est ravis ! »

Chantal et Gérard Debeve

Juillet 2015

La Famille Bourguignon a accueilli cet été ses enfants et petits enfants à L’Orangeraie. Ils nous racontent le déroulement de leur séjour.

« Nous sommes très contents d’être ici, les enfants sont très heureux aussi, ils se retrouvent entre cousins et cousines et passent leurs vacances ensemble.

La plupart du temps, nous passons la matinée à la piscine de la maison de mes parents et, l’après midi, on profite de la grande piscine du village où on se retrouve avec les autres résidents. Les enfants jouent avec les autres enfants et se baignent beaucoup. Il y en a même qui ont appris à nager à l’Orangeraie!

Deux fois par semaine, nous faisons des sorties. Nous allons, par exemple, à la plage d’Agadir, les enfants peuvent faire des balades à cheval ou dromadaires. Nous avons aussi fait une sortie au Karting, les petits se sont beaucoup amusés, ils ont fait de la tyrolienne et se sont même essayé au saut sur l’airbag.

Nous venons à L’orangeraie une fois par an, en été ou pendant les vacances de pâques. C’est toujours très agréable pour nous car c’est un village très calme. Les maisons sont très confortables et disposent de toutes les infrastructures nécessaires pour le travail à distance et ça me permet de travailler tout en étant en vacances.

Nous vivons à Paris et ne sommes qu’à 3h d’avion d’Agadir. Les enfants ne sont pas fatigués par la route, il y en a même qui font le voyage seuls jusqu’à Agadir, où ils retrouvent leurs grand parents. »

La Famille Bourguignon

Mai 2015

« Nous sommes originaires du sud de la France. Depuis une dizaine d’années, nous venions en vacances à Mohamedia, où nous nous sommes finalement installés en 2012.

Un jour, un ami nous a parlé de L’Orangeraie, que nous avons découverte l’année dernière. Nous avons trouvé le lieu magnifique et aussitôt acheté notre villa, pour prendre notre retraite et profiter de la vie. Installés depuis le mois de février, nous nous y plaisons beaucoup.
À L’Orangeraie, la vie est très différente, les gens sont plus gentils, c’est plus calme, il y a moins de stress, les fruits et légumes sont moins chers et nettement meilleurs…
Nos amis viennent nous voir régulièrement et nous organisons une à deux fois dans l’année un voyage dans le sud du Maroc. Nous allons dans le désert visiter les régions du sud et nous ressourcer.
Nous avons l’impression d’être tout le temps en vacances, nous venons de nous installer et nous avons encore des travaux à faire, mais nous prenons le temps et quand on est fatigués, on va faire un plongeon dans la piscine.
Agadir est une jolie ville, on y va pour changer d’air. Pour les résidents qui n’ont pas de voiture, il y a une navette tous les jours.
Nous nous entendons très bien avec les résidents, nous nous sommes aussi fait de nouveaux amis.Nous avons fait le choix de prendre des vacances avant la retraite et nous ne le regrettons pas. »

M. & Mme Saouchi

Mars 2015

Mariés depuis 35 ans, retraités et originaires de la région parisienne, M. et Mme Beyaert sont respectivement pharmacien et PDG d’une entreprise de fabrication d’accessoires de bureau. Ils sont résidents à temps plein à L’Orangeraie depuis septembre 2015.

« Nous avons découvert Dyar Shemsi il y a deux ans à travers un reportage sur France 3. Le projet nous a plu, nous avions demandé par e-mail des renseignements et le soir même nous avons eu un appel téléphonique d’une commerciale qui nous a donné plus d’informations sur le projet. Ca nous a tout de suite plu et nous avons acheté, tout contents notre villa avant même de l’avoir vu ! C’était le début de construction de la 3e tranche et nous avons et raison de faire confiance à la commerciale et aux promoteurs.

Nous avons choisi le Maroc car nous trouvons qu’il y a une grande sécurité, comparé à d’autres pays. Çà nous rassure que ce soit une monarchie et qu’il n’y ait pas beaucoup de changements politiques, c’est un pays qui est très stable.

Ce n’est pas loin de la France et nous trouvons que les Marocains sont très accueillants et agréables. Nous sommes venus au Maroc pour la première fois il y a 30 ans et depuis, nous sommes revenus trois ou quatre fois. Nous étions toujours ravis de notre séjour. La beauté des paysages, le soleil, l’amabilité des gens, il y a tout ce qu’un retraité peut rechercher !

Et moi qui suis handicapé, j’ai ma golfette personnelle, je peux me balader en toute tranquillité au sein de la résidence et je ne risque pas d’être percuté par une voiture, car le village est entièrement piéton. Il n’y a pas de pollution, nous sommes loin du stress de la ville et le soir, nous dormons très bien.

Nous avons une vue magnifique depuis notre salon, nous avons un grand jardin et nous sommes face au lac, c’est toujours un plaisir le matin quand nous nous levons face à cette vue.

Nous allons souvent au restaurant, les plats sont très bons, nous mangeons bien. Nous participons aussi aux soirées à thème, c’est l’occasion de se retrouver avec nos voisins et de faire connaissance avec les autres résidents de L’Orangeraie.

Nous sommes heureux ici, nous trouvons que le village est vivant à travers les activités : le fitness, le tennis, le golf, la pétanque, le vélo… ça permet aux résidents de rester en forme et de se rassembler dans une ambiance saine et conviviale. »

M. et Mme Beyaert