Devenez propriétaire

 

Témoignages

Tous les mois, notre rubrique témoignages accueille les courriels des résidents de L’Orangeraie, qui nous parlent des raisons pour lesquelles ils ont choisi le village comme résidence principale ou secondaire. Pour vous permettre de découvrir d'un peu plus près la douceur de vivre à L’Orangeraie. 

  • Un lieu un peu hors du temps où les gens peuvent se ressourcer et trouver un équilibre
    - Isablelle LINSKI, Paysagiste
  • Mon objectif était essentiellement et avant tout de préserver l'esprit du lieu
    - Isabelle LINSKI, Paysgiste
  • Mon plaisir est d'intégrer ce que m'offre l'artisanat marocain dans des projets modernes
    - Christine ROFFIAEN, Architecte
  • Ma fierté est rentrer à L’Orangeraie et de sentir un certain équilibre
    - Christine ROFFIAEN, Architecte
  • Je suis rentrée dans une propriété ancienne avec l'envie de surtout ne rien déranger
    - Christine ROFFIAEN, Architecte
  • Un village piéton de style toscan avec des rues qui suivent la nature
    - Christine ROFFIAEN, Architecte
  • Une vie préservée autour d'un centre d'intérêt, la place centrale
    - Christine ROFFIAEN, Architecte
  • Des villas avec jardins privatifs complètement conçues pour vivre en extérieur
    - Omar MAAOUNI, Promoteur
  • Des ruelles conviviales qui contrastent avec l'intimé des maisons privatives ouvertes sur le verger
    - Omar MAAOUNI, Promoteur
  • Une réelle harmonie entre le minéral et le végétal
    - Omar MAAOUNI, Promoteur

 

Amer BRBOVIC, son épouse Najwa et leurs jeunes enfants, Janat et Vildane, sont propriétaires depuis peu. Cet été, ils sont venus prendre possession de leur villa. Résidents actuellement à Paris, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d’investir à L'Orangeraie. 

« Nous avions pensé à acheter une maison secondaire au Maroc il y a quelques années déjà. Après quelques recherches sur internet, j’ai découvert le projet de Dyar Shemsi. Le site internet m’avait beaucoup attiré, nous avions aimé le concept et les articles de presse ainsi que les témoignages des résidents, qui nous ont confortés dans notre choix. Nous sommes allés rencontrer l’équipe de Dyar Shemsi au salon de l’immobilier à Paris en 2015 et ça a été un coup de coeur : nous avons acheté sur place, sans même visiter. 

À l'époque, la tranche 3B était encore en travaux, nous recevions régulièrement des nouvelles de l'état d'avancement des travaux ainsi que des photos. Ça nous permettait de suivre la construction de notre villa sans nous déplacer.  

Cet été, notre maison était prête à nous accueillir. C'était la première fois que nous découvrions le village. Il est comme nous l'avions imaginé. C'est tout à fait ce que nous recherchions, un lieu calme, propre et des constructions et équipements de qualité.

J’aime la mentalité des gens d'ici car elle ressemble à celle de mon pays (lequel?), les Marocains sont très accueillants et chaleureux. 

La situation de la résidence est idéale, nous sommes entre la mer et la montagne, nous avons donc le choix d’aller où nous voulons. Le lieu est reposant et loin du stress de la ville, c’est ce dont nous avions besoin car nous vivons dans un stress permanent à Paris. La résidence est entièrement piétonne ça permet à nos enfants de jouer et de faire du vélo en toute sécurité. 

Nous avons fait la connaissance de quelques résidents que nous trouvons très sympathiques. Le restaurant propose une carte variée et les plats sont bons. 

Nous envisageons de venir 3 à 4 fois dans l’année et peut-être mettre notre villa en gestion locative quand nous n'y sommes pas. Nous avons hâte de venir y passer nos prochaines vacances ! » 


Animatrice sociale dans une boîte américaine, durant de nombreuses années, Tita Tapparo habitait Nice avant de décider de changer de vie et de choisir le Maroc pour résidence.

« C'est une décision commune que nous avons prise avec ma fille et mon petit-fils, qui nous a amené à vivre 2 ans à Marrakech, et depuis trois ans, à L'Orangeraie.

J'ai vécu toute mon enfance et mon adolescence au Brésil, à Rio deJaneiro. Je me suis ensuite mariée avec un Lyonnais, et suite à son décès en 2004, j'ai rejoint ma fille à Nice.

Au cours d'un repas de Noël à trois, mon petit-fils Jonathan lance l'idée de venir au Maroc. Il nous a fallu 5 minutes pour prendre cette décision, et nous ne l'avons jamais regrettée.

J'ai découvert Dyar Shemsi grâce à une émission de télévision sur France 2. Depuis, j'y coule des jours heureux. Le climat est merveilleux, j'ai un petit groupe d'amis fidèles avec qui je partage de bons moments conviviaux, les activités sont nombreuses, je joue au Scrabble et participe aux tournois de pétanque.

Les marocains sont très gentils, il n'y a pas de barrière de langue, puisque beaucoup parlent bien le français. Et, surtout, la sécurité y est totale, ce qui est appréciable actuellement.

J'ai des chats qui sont très heureux, ils ont de l'espace et la naturepartout ! Et ma fille est auprès de moi, que demander de plus ?

J'espère rester ici, aussi longtemps que ma santé me le permettra. »


Ancien photographe professionnel durant plus de 3 décennies à Rivesaltes (66) et Paris, où il faisait des pochettes de disques et des affiches pour Claude Nougaro, Bernard Lavilliers, Léo Ferré, Daniel Balavoine et bien d'autres, Michel Adda a pris sa retraite à 64 ans. Il nous raconte pourquoi, avec son épouse, ils ont décidé de s'installer à L'Orangeraie. 

« Nous avons découvert L'Orangeraie dans un reportage télévisé en 2009, nous nous sommes renseignés et sommes venus découvrir les lieux avec la commerciale. Nous avons visité la maison témoin et avons eu le coup de foudre, nous avons tout de suite signé. Il n'y avait pas encore de maisons, tout était en chantier, la première tranche n'était même pas encore livrée, mais nous avons fait confiance aux promoteurs et acheté sur plan. 

Nous revenions régulièrement pour voir l'avancement des travaux et quelques 24 mois plus tard la maison était construite et bien finie. Nous étions livrés dans les temps. J'étais encore en activité quand nous avons acheté notre villa, mais nous étions tellement pressés de venir que j'ai décidé de prendre ma retraite, fermer mon studio et mettre notre appartement en location. Un mois et demi plus tard, nous étions à L'Orangeraie.

Il y a un an j'ai perdu ma femme suite à une grave maladie. A L'Orangeraie, je connais tout le monde, ils m'ont tous soutenu etaidé pendant cette période. Je suis invité régulièrement chez mes voisins et amis, et nous nous entraidons dès qu'on le peut. 

Heureusement que j'étais ici, en France je ne connaissais même pas mes voisins, ça aurait été très dur pour moi. 

Pendant la journée, je profite de mon jardin, je me baigne dans ma piscine, je fais le tour du village avec mon chien, je fais du sport dans la salle de fitness, nous avons un coach qui nous suit et adapte le programme en fonction de chacun. Je ne sais pas cuisiner, aussi je fréquente régulièrement le restaurant de L'Orangeraie, lieu de rencontres conviviales, où je peux déguster avec mon petit budget d'excellents plats matin, midi et soir. 

De temps en temps, nous faisons des sorties en 4x4 dans le sud marocain, j'aime ces sorties où je peux faire de la photo.. Je suis devenu le photographe « officiel » du village, quand il y a des soirées spéciales ou des événements, je prends des photos et nous les partageons avec nos familles et amis sur internet comme sur le site des résidents de L'Orangeraie : lesmaisonsdusoleil.org, où l'on y trouve tout ce qui s'y passe, ainsi qu'une foule de renseignements utiles. 

Mon épouse et moi même étions heureux de vivre ici. Devenu veuf, je le suis toujours d'une certaine façon, car je ne me sens jamais seul.» 


Sylvie et Lionel SANNIER, technicien en maintenance informatique (56 ans) et commerciale (50 ans). Originaires de France et résidant actuellement dans le Var sur la Côte d'Azur, ils nous racontent pourquoi ils ont décidé d'acheter une villa à L'Orangeraie. 

"Nous habitons depuis longtemps sur la Côte d'Azur et nous étions à larecherche d'une résidence secondaire, dans un endroit où nous pourrions profiter de nos vacances. Nous sommes d'abord partis en Espagne et avonstrouvé un appartement chez Marina d'Or. C'était un beau projet avec un golf et de nombreuses activités, mais les prix étaient trop élevés. 

Ils nous ont alors proposé un projet en construction au Maroc dans la villenouvelle de Tamesna. Nous ne connaissions pas du tout le Maroc. Nous avons fait quelques recherches, la situation était intéressante, c'était à côté de la plage de Skhirat et pas loin de Rabat. Sur le plan, il y avait un centre commercial, un hôtel 4 étoiles, tout semblait sympathique. Quatre ans plus tard, l'immeuble était construit mais ce n'était pas ce que l'on nous avait promis et cela ne nous convenait plus. Cependant nous étions tombés amoureux du Maroc, de sespaysages, de ses couleurs et de la gentillesse des Marocains. 

Nous nous sommes alors intéressés à d'autres projets au Maroc et c'est là oùnous avons découvert L'Orangeraie de Dyar Shemsi, en 2009. Nous avons prisrendez-vous et avons visité le village avec la commerciale. Le projet était encore en construction mais nous avons beaucoup aimé le concept. Nous avons suivi le projet pendant plusieurs années, en revenant régulièrement en location. 

C'était aussi la première fois que nous découvrions la ville d'Agadir. Elle nous atout de suite plu, le climat était plus chaud et c'était plus dépaysant. A L'Orangeraie, nous sommes à la campagne, nous croisons des dromadaires, des chèvres et des ânes sur la route. C'est un merveilleux village et les habitants sont très accueillants et souriants. 

Avant d'acheter, nous sommes allés voir un autre projet à Aglou sur la route de Mirleft, qui proposait pratiquement les mêmes tarifs mais ce n'était pas les mêmes prestations et c'était trop loin d'Agadir. 

A L'Orangeraie, les villas ont été bien pensées, nous avons des grandes baiesvitrées qui s'ouvrent sur le jardin. Les villas sont lumineuses, les jardins jolimentaménagés et c'est extraordinaire de vivre au coeur d'une orangeraie. 

Nous sommes impressionnés par le calme, et nous y dormons bien. Il suffit dequelques jours au village pour se ressourcer. Nous avons hâte de réceptionner notre maison cet été !" 

 

M. Nirat, 78 ans, est ancien directeur technique dans une société de transport de matière dangereuse. Mariés depuis 60 ans, retraités et originaires de la région parisienne, son épouse et lui nous racontent pourquoi ils se sont installés à L'Orangeraie. 

« Depuis que nous sommes retraités, nous nous sommes installés dans le sud de la France. Et de là, le temps a passé et nous avions besoin de changement. Et un jour, il y a 10 ans, nous avons vu une annonce sur la promotion du Maroc, on s'est intéressé au sujet et avons rencontré un promoteur qui nous a amené à Mohammedia. Nous avons acheté un appartement qui était bien mais ce n'était pas vraiment ce qu'on voulait. Nous avons racheté un deuxième appartement mais, cette fois, au bord de l'océan. Nous avions unebelle vue, mais il y avait beaucoup d'humidité et une usine à côté nous envoyait de la pollution. Tous les matins, nos terrasses étaient sales. 

Il y a cinq ans, nous avons découvert Dyar Shemsi à travers une annonce publicitaire sur un journal et nous avons tout de suite appelé pour avoir des informations. Nous sommes alors venus visiter et rencontrer les promoteurs. Le projet était encore en chantier, nous hésitions au début, nous avons alors suivi l'évolution des travaux en revenant régulièrement et nous avons fini par acheter notre villa ! 

Nous étions venus à trois couples au début, nous sommes deux à avoir acheté, les autres se sont pas arrivés à vendre leur maison en France... Ce que nous aimons ici, c'est que nous vivons dans un village pratiquement européen et quand on sort de la résidence on est au Maroc ! Les deux aspects nous plaisent. Et les habitants de la région sont très accueillants. 

Nous passons l'hiver à L'Orangeraie, nous arrivons en octobre et repartons en avril en France, sur la Côte d'Azur. 

Nos enfants et petits enfants viennent souvent nous rendre visite àL'Orangeraie, d'ailleurs nous recevons nos filles cette semaine, le trajet est plus court en avion de Paris à Agadir que de Paris à la Côte d'Azur en train ou en voiture. 

Nous avons une qualité de vie exceptionnelle, nous trouvons tout ce dont nous avons besoin à 10 minutes de la résidence. A Ouled Teima, par exemple, nous avons demandé à notre boulanger de nous faire un pain spécial, il a donc changé ses ingrédients et nous a fait un pain 

comme nous le voulons. En France, ce n'est pas possible. 

Nous profitons de nos journées pour faire de la marche et de temps en temps jouer aux boules. Quand nos enfants viennent, on va se balader à Agadir et aux alentours. La dernière fois, nous avions visité Taroudant, cette fois nous descendrons vers la plage blanche et irons manger du poisson grillé en bord de mer. 

La différence entre ici et Mohammedia, c'est que nous nous sentons plus libres, nous avons un jardin, nous pouvons marcher dans la résidence en plein nature, dans le calme et ne pas respirer d'air pollué. Et le personnel du village est à notre service sur demande. Nous vivons dans un cadre magnifique et nous souhaitons que beaucoup de personnes puissent vivre ce rêve ! » 


Mariés depuis 35 ans, retraités et originaires de la région parisienne, M. et Mme Beyaert sont respectivement pharmacien et PDG d’une entreprise de fabrication d’accessoires de bureau. Ils sont résidents à temps plein à L’Orangeraie depuis septembre 2015.

« Nous avons découvert Dyar Shemsi il y a deux ans à travers un reportage sur France 3. Le projet nous a plu, nous avions demandé par e-mail des renseignements et le soir même nous avons eu un appel téléphonique d’une commerciale qui nous a donné plus d’informations sur le projet. Ca nous a tout de suite plu et nous avons acheté, tout contents notre villa avant même de l’avoir vu ! C’était le début de construction de la 3e tranche et nous avons et raison de faire confiance à la commerciale et aux promoteurs.

Nous avons choisi le Maroc car nous trouvons qu’il y a une grande sécurité, comparé à d’autres pays. Çà nous rassure que ce soit une monarchie et qu’il n’y ait pas beaucoup de changements politiques, c’est un pays qui est très stable.

Ce n’est pas loin de la France et nous trouvons que les Marocains sont très accueillants et agréables. Nous sommes venus au Maroc pour la première fois il y a 30 ans et depuis, nous sommes revenus trois ou quatre fois. Nous étions toujours ravis de notre séjour. La beauté des paysages, le soleil, l’amabilité des gens, il y a tout ce qu’un retraité peut rechercher !

Et moi qui suis handicapé, j’ai ma golfette personnelle, je peux me balader en toute tranquillité au sein de la résidence et je ne risque pas d’être percuté par une voiture, car le village est entièrement piéton. Il n’y a pas de pollution, nous sommes loin du stress de la ville et le soir, nous dormons très bien.

Nous avons une vue magnifique depuis notre salon, nous avons un grand jardin et nous sommes face au lac, c’est toujours un plaisir le matin quand nous nous levons face à cette vue.

Nous allons souvent au restaurant, les plats sont très bons, nous mangeons bien. Nous participons aussi aux soirées à thème, c’est l’occasion de se retrouver avec nos voisins et de faire connaissance avec les autres résidents de L’Orangeraie.

Nous sommes heureux ici, nous trouvons que le village est vivant à travers les activités : le fitness, le tennis, le golf, la pétanque, le vélo... ça permet aux résidents de rester en forme et de se rassembler dans une ambiance saine et conviviale.»


Samira E., 34 ans, cadre bancaire à Agadir, nous raconte pourquoi elle a choisi d’investir à L’Orangeraie.

« J’habite la ville d’Agadir et je suis maman de deux filles de 5 et 9 ans. J’ai toujours voulu avoir une maison secondaire pour pouvoir m’éloigner du stress de la ville pendant les vacances et les weekends.

Nous avons connu Dyar Shemsi à travers des amis de la famille, qui avaient l'habitude de déjeuner au restaurant de L'Orangeraie et de profiter de la piscine. Nous avions décidé de venir tester les maisons en location, notre premier séjour remonte à l'été 2013. Le produit nous correspondait parfaitement et nous étions tombés sous le charme de L’Orangeraie.

Le climat, la verdure, le calme, la piscine privative, les orangers, le cours de tennis, la serviabilité du personnel et le bon voisinage sont autant d'avantages qui nous ont séduits et décidés à acheter une villa.

Notre villa nous sera livrée dans quelques mois, et nous avons hâte de pouvoir y passer de belles journées entre baignades, détente, activités sportives et bains de soleil. Nos amis et notre famille ont beaucoup aimé le concept de L'Orangeraie et nous ont aussi encouragé à acquérir notre villa.»


Joel Blanc, 65 ans, originaire du nord de la France, ancien fonctionnaire et retraité, nous raconte pourquoi il est venu s’installer à L’Orangeraie.

« Je connais le Maroc depuis très longtemps, je suis venu la première fois en 1974, et je suis tombé amoureux de ce pays. Je suis revenu régulièrement en vacances avec mes amis et je me suis dit pourquoi pas m’y installer, puisque j’étais déjà à la retraite. Il y a plus de 3 ans, une publicité de Dyar Shemsi m’a interpellée et j’ai décidé de les contacter. J’ai pris rendez-vous pour venir voir L’Orangeraie de plus près.

Quand j’ai visité le village, les villas étaient encore en construction, mais je suis tombé sous le charme de l’architecture. J’ai donc acheté ma villa sur plan, l’endroit me plaisait beaucoup et j’avais envie de m’installer au Maroc. J’ai revendu une maison que j’avais au Touquet en France pour acheter ici ma villa de 80 m2 avec grand jardin et piscine privés.

Je m’entends très bien avec mes voisins, chaque jour je suis invité chez quelqu’un car la plupart du temps je suis seul à la maison, mon épouse travaille à Rabat et n’est là que pendant les vacances. Nous mangeons souvent ensemble, d’ailleurs il y a quelques jours nous avons organisé « la fête des voisins » dans ma rue. Il y avait tellement à manger que nous l’avons refait le lendemain soir !

Je ne fais pas beaucoup de sport, mais il y a des activités qui sont organisées par les résidents ou par le village. J’ai participé à un cours de cuisine pour apprendre à faire un tajine, parce que j’adore manger local ! Il y a aussi les concours de pétanque et les excursions en 4x4.

Ma dernière sortie était à Tioute, un village situé à une trentaine de kilomètre de Taroudant. Nous sommes partis avec un groupe de résidents et y avons passé la journée. Nous avons mangé chez l’habitant et fait des balades à dos d’âne... Ce fut une très belle journée !

Le restaurant organise des soirées chaque mois, la dernière était la soirée choucroute, nous nous sommes vraiment amusés !

En ce qui concerne les villas de L’Orangeraie, elles sont très bien construites, un beau mélange de styles et une architecture qui nous permet de passer le plus de temps à l’extérieur et de profiter de la douceur du climat de cette région. On y dort très bien la nuit, il n y a pas de bruit. Et je suis en short et tee-shirt quasiment tous les jours. Quel bonheur !

Je vais souvent à Ouled Teima pour mes courses, j’ai également fait faire des meubles chez des artisans sur place. Les gens sont très accueillants et à force d’aller au même endroit, tout le monde me reconnait. Ca fait plaisir ! En France, j’étais une personne très nerveuse et stressée. Au Maroc, j’ai appris à prendre mon temps et à apprécier la vie. »

 

Originaires du nord de la France, Chantal et Gérard Debeve sont nouveaux propriétaires à L’Orangeraie. Alors qu’ils s’apprêtent à s’installer dans leur villa, ils nous racontent pourquoi ils ont choisi de vivre à L’Orangeraie.

« Juin 2013, nous étions en vacances dans le sud Maroc. De retour de la vallée des Roses et en route pour Essaouira, un couple d’amis qui nous accompagnaient avait pris rendez-vous pour visiter le village de L’Orangeraie. Ils y ont alors loué une villa pendant deux mois et nous ont invités à venir passer quelques jours avec eux.

Nous avons passé une semaine au village en décembre et avons beaucoup apprécié le fait de déjeuner sous la pergola en plein hiver, un vrai bonheur !

Nous recevions régulièrement des nouvelles, on nous tenait au courant de l’actualité de L’Orangeraie, l’évolution de la construction etc... Mais les parents de Chantal, mon épouse, tombent malades et il nous faut rester près d’eux, en France.

En mai 2015, nous passons quelques semaines à Mirleft dans un autre village résidentiel au bord de l’océan, mais la brume et le vent presque quotidiens nous font abandonner notre projet d’achat. Nous avions aussi visité d’autres projets en Espagne et au Portugal, mais nous n’étions pas conquis. Et pour y vivre confortablement, il nous fallait d’abord apprendre la langue !

Entre temps, malheureusement, les parents de Chantal nous quittent et notre projet d’achat au Maroc reprend sa place dans la liste de nos priorités... Quelle région choisir ? C’est à ce moment-là que nous avons reçu un mail de Dyar Shemsi, qui nous informe qu’il y a de nouvelles opportunités à saisir à L’Orangeraie... Nous décidons donc de louer un mois et, sans hésitation, notre choix s’est porté sur une magnifique villa de deux chambres avec un grand jardin et une piscine.

La proximité avec Agadir, la douceur du climat, la qualité des constructions, le coût de la vie, la sécurité et la sympathie des résidents (nous avons déjà fait la connaissance et sympathisé avec quelques couples) sont donc les principales raisons qui ont motivé notre nouveau choix de vie. On en est ravis ! »


Dalila, 40 ans, locataire, s’est installé à L’Orangeraie avec son conjoint il y a déjà quelques mois. Elle nous raconte comment elle a découvert le village.

« Nantaise d’origine marocaine, je suis née en France et y ai vécu toute ma vie. Je travaillais dans une société dans le bâtiment second œuvre avec mon ex-mari. Le Maroc me manquait, j’ai donc décidé de retourner au pays.

Pour des raisons de santé d’abord, car il me fallait trouver le climat adapté. Je suis arrivée à Kenitra il y a 1 an où j’ai travaillé en tant qu’enseignante. Le soleil était là mais il y avait beaucoup d’humidité, cela ne me convenait pas plus que Nantes. Je suis ensuite allée à Rabat, mais j’ai eu le même problème.

On m’a beaucoup parlé de la ville d’Agadir, que je ne connaissais pas, j’ai fais des recherches sur internet et j’ai découvert L’Orangeraie. Les photos m’ont charmée, je les ai tout de suite contactés et nous avons planifié la visite.

Le coup de foudre a été immédiat, et la villa était parfaite pour mon conjoint et moi : 2 chambres, un salon ouvert sur le jardin et une piscine, dans un climat sec, et ensoleillé la plupart du temps.

Nous avons décidé de louer la villa pour 1 an pour tester la vie au village, car nous souhaitons, à terme, acheter ici.

Nous passons beaucoup de temps à la maison, profitons du jardin et invitons des amis autour de barbecues. Notre chien est heureux aussi, il y a de grands espaces et le village est piéton. Il se balade et joue beaucoup.

La vie au village est très agréable, il y a également un Spa, une salle de gym et des cours de fitness et yoga accessibles à tous.

En ce qui concerne le restaurant, je suis très satisfaite des services qu’il propose. J’aime la bonne cuisine, quand je ne vais pas manger sur place, je me fais livrer mes plats et même mon pain frais, cuit sur place au restaurant ! ?En plus de la carte qui est très variée, il y a un menu du jour. Les produits sont frais et l’équipe du restaurant est à l’écoute de toutes les demandes spéciales.

Mes enfants, qui habitent à Vendée, viennent me voir pendant les vacances, ils sont à chaque fois très contents. Loin du stress de la ville, ils se reposent et vont se baigner dans la grande piscine commune où ils se font de nouveaux amis. »


La Famille Bourguignon a accueilli cet été ses enfants et petits enfants à L’Orangeraie. Ils nous racontent le déroulement de leur séjour.

« Nous sommes très contents d’être ici, les enfants sont très heureux aussi, ils se retrouvent entre cousins et cousines et passent leurs vacances ensemble.

La plupart du temps, nous passons la matinée à la piscine de la maison de mes parents et, l’après midi, on profite de la grande piscine du village où on se retrouve avec les autres résidents. Les enfants jouent avec les autres enfants et se baignent beaucoup. Il y en a même qui ont appris à nager à l’Orangeraie!

Deux fois par semaine, nous faisons des sorties. Nous allons, par exemple, à la plage d’Agadir, les enfants peuvent faire des balades à cheval ou dromadaires. Nous avons aussi fait une sortie au Karting, les petits se sont beaucoup amusés, ils ont fait de la tyrolienne et se sont même essayé au saut sur l’airbag.

Nous venons à L’orangeraie une fois par an, en été ou pendant les vacances de pâques. C’est toujours très agréable pour nous car c’est un village très calme. Les maisons sont très confortables et disposent de toutes les infrastructures nécessaires pour le travail à distance et ça me permet de travailler tout en étant en vacances.

Nous vivons à Paris et ne sommes qu’à 3h d’avion d’Agadir. Les enfants ne sont pas fatigués par la route, il y en a même qui font le voyage seuls jusqu’à Agadir, où ils retrouvent leurs grand parents. »


Ce mois-ci, nous avons rencontré M. Toniolo, qui nous fait le plaisir de partager avec nous les raisons qui les ont amenés, sa compagne et lui, à s’installer à L’Orangeraie.

« Je suis né au Maroc, à Casablanca où j’ai passé toute mon enfance. Nous sommes ensuite rentrés en France, mais j’ai gardé un lien très fort envers le Maroc. J’ai beaucoup travaillé dans ma vie et n’ai eu que très peu de vacances. Les premières vacances que j’ai offertes à ma femme étaient au Maroc. Nous avions atterri à Agadir et avions suivi le circuit des villes impériales. Le Maroc était devenu ma destination préférée.

J’ai découvert L’Orangeraie de Dyar Shemsi grâce à un reportage à la télé qui parlait d’un concept inédit de village résidentiel sécurisé, et ca m’a beaucoup plu. Ayant, ma femme et moi-même, été victimes d’agression en France, j’étais vraiment à la recherche d’une résidence protégée où nous nous sentirions en sécurité.

Nous avons d’abord loué une villa pendant une semaine et nous nous y sommes tout de suite sentis chez nous. Nous sommes revenu en Mai pour conclure et nous sommes installés chez nous depuis juillet 2014.

Depuis, nous avons une vie magnifique, nous nous sommes fait de nouveaux amis avec qui nous sortons et organisons des soirées chez les uns ou les autres.

Nous faisons pas mal d’activités aussi, nous avons formé un petit groupe de cyclistes et faisons des balades une fois par semaine autour du village. Ma compagne organise un atelier de danse une fois par semaine dans la salle de gym et initie les résidents à différents styles.

Dernièrement, nous avons participé ensemble à un atelier de cuisine marocaine. Maintenant, nous pouvons faire nos propres tajines ! Le coût de la vie est moins élevé qu’en France, nous faisons nos courses dans les souks, les fruits et légumes y sont très bons. Tout est bio, frais, savoureux.

Nos enfants et petits-enfants nous rendent visite pendant les vacances. Eux aussi sont ravis et heureux quand ils sont ici. »


 M. & Mme Saouchi

« Nous sommes originaires du sud de la France. Depuis une dizaine d'années, nous venions en vacances à Mohamedia, où nous nous sommes finalement installés en 2012.

Un jour, un ami nous a parlé de L'Orangeraie, que nous avons découverte l'année dernière. Nous avons trouvé le lieu magnifique et aussitôt acheté notre villa, pour prendre notre retraite et profiter de la vie. Installés depuis le mois de février, nous nous y plaisons beaucoup.

À L'Orangeraie, la vie est très différente, les gens sont plus gen??ls, c'est plus calme, il y a moins de stress, les fruits et légumes sont moins chers et nettement meilleurs...

Nos amis viennent nous voir régulièrement et nous organisons une à deux fois dans l'année un voyage dans le sud du Maroc. Nous allons dans le désert visiter les régions du sud et nous ressourcer.

Nous avons l'impression d'être tout le temps en vacances, nous venons de nous installer et nous avons encore des travaux à faire, mais nous prenons le temps et quand on est fatigués, on va faire un plongeon dans la piscine.

Agadir est une jolie ville, on y va pour changer d'air. Pour les résidents qui n'ont pas de voiture, il y a une navette tous les jours.

Nous nous entendons très bien avec les résidents, nous nous sommes aussi fait de nouveaux amis. Nous avons fait le choix de prendre des vacances avant la retraite et nous ne le regre??ons pas. »